Pseudopod ‘ Cast

Le dernier dimanche de chaque mois, le Collectif vous proposera la découverte d’un.e artiste ou/et d’une forme d’art. Un temps de discussions et d’échanges nous permettant de sortir un peu de nos écrans pour installer nos voix par chez vous.

Au micro de Timothée Cueff, et entrecoupé d’extraits de son travail artistique, Valentin Alizer nous parle de son parcours, de sa perception de l’art, et de ce que cela signifie, pour lui, « être artiste ».

À la croisée de l’expérimentation formelle et du récit autobiographique, sa pratique évolue conjointement dans les champs des arts visuels et de la poésie-performance et s’inscrit dès lors dans une recherche élargie sur le rapport texte-image-son. Il en résulte un travail constitué de poèmes-partitions, de partitions graphiques et de protocoles ludiques, qui tendent — chacun à leur manière — à donner naissance à des formes de narrations fluides et perméables.
En somme, une approche originale qu’on tenait à vous partager, chez nous, au Kalamar !

Montage son : Timothée Cueff
Photo : Valentin Alizer

Diffusé le 3 juin 2021.

– Son site internet : http://valentinalizer.com/
– Son Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCZZ8tGVytAYnqhBSDwrpfEA
– Son vidéo poème « quand j’y suis j’y reste »
– Instagram perso : @valentinvalisealizer
– Instagram L’odeur des pins : @lodeurdespins
– Instagram Lundit : @lundit__

Ce mois-ci, nous accueillons Mathieu Cirou. Urbaniste (de formation) et créature sociale (de naissance), Mathieu Cirou catalyse l’art et les compétences, pour agiter des questions sociales aujourd’hui primordiales. Ateliers d’écriture, Dérives urbaines, Tour de France des possibles, Conférences gesticulées, Activisme local ; De l’art, d’accord, mais pour quoi faire ?

Invité par Glenn Haamel, c’est en extérieur, entre les bruits de la ville et les cliquetis des briquets, qu’il cherche à répondre à cette grande question.
Comme il le dit très bien : « C’est pas parce qu’on n’est pas d’accord qu’on ne peut pas faire des choses ensemble. » Et en effet, dans cet épisode, on ne discute pas de l’art pour l’art, mais de l’art qui crée du lien, renforce le partage, fait résonance. Soit, l’art comme objet culturel pluriel ; l’art comme objet social et militant.

Montage son, mixage son, mastering : Glenn Haamel
Photo : Mathieu Cirou

Diffusé le 11 mai 2021.

Vous trouverez ci-dessous (quelques) suppléments au podcast

dépliant Les Nuits sans toi.t

Page internet de la Nizanerie ici

Soundcloud de l’association de Mathieu et Frantz esPASces POSSIBLES ?

L’échelle de participation de Sherry Arnstein

Vidéo de Jonas Marpot, similaire à celui de Mathieu (et très très beau. Allez voir ça!)

Vidéo de Tibo Labat, qui a travaillé avec Mathieu sur les nuits invisibles, c’est par là

Quelques SCOP (assos d’éducation populaires) Les orageuses, Les eaux vives, abej Solidarité

Les maisons d’éditions évoquées, et qui sont très TRÈS chouettes Le passager clandestin, à la criée, Édition du Commun

Les livres abordés pendant l’entretien Guide indigène de détourisme de Nantes et Saint-Nazaire, Habiter en lutte

Le site de la recyclerie de matériaux de Mathieu

La recette du miel au pissenlit

Une conférence gesticulée intéressante sur la culture, de F.Lepage et A.Pouliquen

Et dernier petit cadeau la liste de conseils de lecture de Mathieu, pour creuser le sujet:
-Le droit à la ville, d’Henry Lefèbvre
-Le petit manuel de discussion politique, de Cédric Leterme, Gaëlle Jeanmart et Thierry Müller
-Agir ici et maintenant, de Floréal M. Romero
-Joyeux Bordel : Tactiques, Principes et Théories pour faire la Révolution, par Andrew Boyd, Dave Oswald Mitchell
-A nous la ville ! traite de municipalisme, de Jonathan Durand Folco
-L’architecture de survie, de Yona Friedman

Le 8 mars dernier, le théâtre de l’Odéon lançait un appel national d’occupation des théâtres. Très vite, des dizaines de théâtres ont rejoint le mouvement. C’est le cas des théâtres d’Orléans, de Morlaix et de la Comédie de Caen.
Ainsi, afin de diffuser la voix des intermittents du spectacle et des salariés de la culture en colère, Timothée Cueff, Glenn Haamel et Samuel Dutacq se sont rendus sur place pour capturer interviews, animations musicales, et cris de rage. Et toutes ces vibrations ont donné naissance à cet épisode 3 du Pseudopod’Cast.

Interviews et captations audios réalisées par Timothée Cueff (Orléans), Glenn Haamel (Morlaix) et Samuel Dutacq (Caen). Les passages musicaux du podcast sont la propriété de l’orchestre des occupants du théâtre d’Orléans, à l’exception de la chanson « I’m a survivor » (reprise le temps d’une agora).
Montage son et mixage son : Samuel Dutacq
Mastering : Samuel Dutacq
Photo : Théâtre occupé de Morlaix, Glenn Haamel

Diffusé le 1er avril 2021.

Lucie débute sa carrière en école de cinéma. Puis, après plusieurs années passées en tant qu’assistante-réalisatrice pour la télé et le ciné, elle se consacre au scénario et à la peinture.
Passionnée d’Imaginaire, son écriture vacille entre fantastique et science-fiction.
Face à Bérénice Marsaud, pour notre Pseudopod’Cast, elle vient nous parler de son ciné, et notamment de ses récents court-métrages : Müke et Black Hole.

Une véritable discussion entre deux femmes ayant écrit et travaillé pour l’industrie cinématographique.

N’hésitez pas à soutenir Lucie Kazarjian en jetant un coup d’œil à sa page Vimeo, en la suivant sur Instagram, ou encore en vous abonnant à sa page Facebook pour suivre son travail.

Interview réalisée par Bérénice Marsaud, membre du Collectif Kalamar.
Montage son et mixage son : Bérénice Marsaud
Mastering : Glenn Haamel

« Riz’Ohm fout la merde et s’en sert comme engrais. »

A la croisée des chemins entre Mille plateaux de Deleuze & Guattari et le Saïan Supa Crew, Riz’Ohm trace une ligne de fuite dans toutes les directions possibles pour casser les genres.
C’est du cabarap, du hip-hop évolutif, un spectacle dans lequel Augustin, auteur-compositeur-interprète solo, incarne une myriade de personnages dans des compositions originales qui déconstruisent sans cesse les codes.

Et afin d’inaugurer ce premier épisode, Riz’Ohm vient nous parler de processus créatif, d’écriture musicale, de philosophie, de rap, d’écologie et de ce que cela signifie, aujourd’hui, d’être artiste.

Interview réalisée par Samuel Dutacq, membre du Collectif Kalamar.
Montage son : Samuel Dutacq
Mixage son et mastering : Coriolan

LES SOIRÉES D’ANNIVERSAIRES DU KALAMAR

Une année s’est passée depuis notre création et pour l’occasion nous avons préparé trois soirées de podcasts diffusés les 12, 13 et 14 octobre 2020. Présentés par Bérénice Marsaud et tous les autres membres du collectif, ces podcasts furent l’occasion de revenir sur la création du collectif, son évolution, nos projets et de présenter quelques créations sonores.

Les podcasts sont disponibles dans leurs versions intégrales sur notre chaîne youtube ici tandis que vous trouverez leurs versions montées ci-dessous ou sur la plupart des plateformes de podcast.

Pour cette première soirée, vous retrouverez les textes de Yassin Ben Moumène, Où est passé le     , et de Samuel Dutacq, Un nouveau genre de fenêtre.

Bonne Écoute !

Pour cette deuxième soirée, vous retrouverez les textes de Timothée Cueff Le ciel sur sa peau et de Laurent Buscail Tes bras autour, ainsi que l’intermède musicale de Coriolan.

Bonne Écoute !

Pour cette troisième et dernière soirée, vous retrouverez les textes de Glenn Haamel Le ciel n’est plus de la parti, de Alors Le ciel est parti et de Bérénice Marsaud Bleu patchwork.

Bonne Écoute !